samedi 10 novembre 2012




INTRODUCTION:
Quelles que soient leurs dimensions, les pyramides à faces lisses de l'Ancien Empire semblent avoir en commun une pyramide à degrés faisant office de noyau. 




Outre le caractère symbolique de cette structure interne, je me suis demandé si celle-ci ne constituerait pas l'étape initiale de la construction.
Cela m'a conduit à élaborer une méthode de construction dont le principe est extrêmement simple, adaptée aux pyramides de toute taille et qui fait appel à l'usage de rampes et de traineaux.


BREF DEVELOPPEMENT:
Les divers niveaux de dégradation des pyramides suggèrent que toutes les pyramides lisses ont en commun une structure constituée:
  • d'une enceinte en forme de pyramide à degrés (3 à 7 selon la taille), faite de blocs calibrés non ravalés extraits des carrières locales (A),
  • contenant une maçonnerie de remplissage hétérogène constituée de gros moellons et de débris de taille (B).
  • Sur cette structure à degrés initiale, une maçonnerie complémentaire faite de blocs calibrés non ravalés extraits des carrières locales (C),
  • permet la pose d'un revêtement finement ravalé en calcaire de haute qualité et, parfois, partiellement en granite (D):



La méthode la plus simple, la plus rationnelle et la plus économique pour édifier la structure interne initiale à degrés me semble être celle qui est désignée sous l'appellation "rampes latérales" suggérée par l'architecte et égyptologue Allemand Uvo Hölsher. Mais celle-ci est inadaptée à la pose d'un revêtement lisse. 




Mon astuce consiste donc à construire ces rampes en pierre plutôt qu'en briques, car pour transformer cette structure initiale en pyramide lisse, il suffit de réorganiser une partie de la maçonnerie des rampes puisqu'il n'y a pas de modification de volume au cours du changement de configuration.

(Schématiquement)

(Réellement)



En agissant ainsi sur chacune des faces, du sommet vers la base, on obtient une pyramide lisse parfaitement conforme aux observations.

DÉTAIL:
En disposant les rampes dos à dos, on bénéficie de plusieurs avantages:
- (A) Des rampes lubrifiées affectées au déplacement des matériaux.
- (B) Des rampes sèches (ou escalier) affectées au personnel chargé de tirer les blocs à l'aide de cordes (vertes).
- C) Des massifs d'angles ravalés permettant un contrôle permanent des alignements (pointillés blancs).

 
Contrairement à la récente démonstration de J.Pierre Houdin & Dassault Systemes, mon hypothèse ne s'applique pas seulement à la pyramide de Khéops mais à toute pyramide lisse, quelle que soit sa taille. 


ÉTUDE COMPLÈTE:
L'intégralité de mon étude est développée sous la forme d'un document pdf de 14 pages abondamment illustrées, à consulter ou télécharger en cliquant ici. 


OBJECTIF: 
Cette méthode est simple, économique, solide, conforme aux observations et s'incrit dans le cadre logique de l'évolution architecturale. Pour toutes ces raisons, je suis persuadé que cette façon de procéder est très proche de celle qui a été utilisée à l'époque pharaonique.

Enfin, comme vous le découvrirez à la lecture de ce document, cette méthode serait aisément validée - ou invalidée - en utilisant un simple mètre à ruban.

Vous en conviendrez, on peut difficilement faire plus simple.

Je vous serais obligé de bien vouloir relayer ou partager cette étude dans l'optique de susciter l'intérêt de la communauté scientifique et des médias.  


REQUÊTE:
Salut à tous
Je cherche des interprètes bénévoles pour traduire cette page en allemand, en italien et en arabe.


RÉSUMÉ EN VIDÉO: 





CONTACT:
Michel MICHEL
10 rue Ambroise BULLY
27200 VERNON
Je vous remercie de votre attention et me tiens à votre disposition pour tout complément d'information.




La construction touche à sa fin. Les rampes supérieures ont été réorganisées. Il reste les deux premiers niveaux à traiter.







6 commentaires:

  1. Vos critiques et impressions m'intéressent.
    Merci

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour je suis la directrice du blog Tout sur L'Egypte Ancienne et je suis heureuse de voir que je suis pas la seule a aimer l'égypte x)

    RépondreSupprimer
  3. Salut,

    Jeune ingé et passionné par la question, j'étudie à peu près tous les travaux que je trouve pendant mes recherches (intenses).

    Cette méthode semble tenir, même si il faudrait analyser la faisabilité réelle compte tenu de la pression que peuvent supporter les rampes. Si on ne peut pas monter de matériel, ce serait dommage...

    Merci à vous.

    Je me demande si en plus, il y en a qui bossent sur les autres aspects : logistique, finance, source des matériaux, gestion de projet, management, plans, raisons de la construction et commanditaire, etc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé de répondre aussi tardivement mais je n'avais tout compris du fonctionnement du blog. L'âge sans doute.
      - La solidité des rampes est à toute épreuve puisqu'elles sont faites de pierres. Elles sont aussi solides que la pyramide elle-même car elle sont intégrées à la structure générale.
      - Les sources d'approvisionnement en matériaux diffèrent selon le lieu d'implantation de l'édifice et sont en général bien connues. L'essentiel des matériaux est extrait à proximité immédiate du site.
      - Pour le reste, on ne dispose pas d'archives fiables ce qui conduit à beaucoup de spéculations.
      Merci de votre visite et de votre commentaire.

      Supprimer
  4. Bonjour,
    Qu'en est-il à votre avis de la théorie de M. Houdin ?
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_construction_de_la_pyramide_de_Kh%C3%A9ops_par_Jean-Pierre_Houdin
    http://www.3ds.com/3dexperience/passion-for-innovation/khufu-reborn/khufu-reborn/
    Merci pour votre blog, totophe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour
      Aucune trace de rampe interne n'a jamais été mise en évidence sur aucune pyramide, malgré leur nombre et leur divers états de dégradation. A moins d'admettre qu'un procédé de construction spécial ait été spécifiquement adopté pour la "grande pyramide" (ce qui serait totalement aberrant), on doit admettre que l'hypothèse de JP HOUDIN ne repose sur aucun fondement archéologique. Je la considère donc seulement comme un brillant exercice de style remarquablement illustré par Dassault Systemes.
      Michel

      Supprimer